visites

LE GOLVAN

CHANTAL PELLETIER

GILLES PLAZY

ANNE DE SZCZYPIORSKI

 ________________________________________________________________________________________

 

 LE GOLVAN

Psaume des psaumes

23x11 48 pages 12 Euros

 

Dans un fort élan lyrique Le Golvan s'adresse à David, le grand poète des Psaumes.


Nicolas Le Golvan, né en 1971, est professeur de français et vit à Gien (Loiret). Il a publié plusieurs livres de fiction, dont les romans “Reste l’été” (Flammarion, 2012), “Bérânasî” (Sipayat) et “Daghailchiih” (Sipayat, 2017).

 nicolas-legolvan.iggybook.com/fr/

 

EXTRAIT

 “ Assez, David, je vais te dire ce qu’il en est de mourir car la mort est à charge des vivants

elle me revient en bouche et aiguillonne ma soif

l’expérience de mes mains supplante ce que mille livres sauront te dire pour vrai de la mort, ses cadavres à millions

toi tu n’as pas parlé, tu as pris possession devant moi, comme pour m’en priver, du repos de la couche, tout horizon dû où je n’ai plus ma place

tu ne sais rien, David, et nous sommes devenus mieux que deux frères quittes

un seul corps mutilé.



Je me suis fait aux arbres également après que j’ai pris au visage cette dépression de lumière qui signe le temps d’ici

je t’ai envié comme la mort David d’un désir fabuleux

la tienne les vaut toutes et il me les a toutes fallu pour te comprendre enfin

je vais t’instruire de ce qui a pris fin ici avec toi par ma main je vais dire comme je sais au jour où tu m’as laissé ton nom

c’était là un baptême, David, tu pensais

il m’a biffé du compte des hommes aussi net qu’un outil lancé quand il a fait de moi la redite amoindrie de ton propre visage

je ne suis que l’ombre de mourir à l’ombre de ce reste de toi. ”
 

lecture intégrale possible sur :  

http://fr.calameo.com/read/003393676941515873934

 

_______________________________________________________________________________________

CHANTAL PELLETIER

Tamalous

23x11 cm  48 pages  12 Euros

 

Chantal Pelletier est l’auteure de plusieurs «polars» à la Série Noire, de romans publiés aux éditions Joëlle Losfeld (“Paradis andalous”, “De bouche
à bouches”), de «textes gourmands» (“Voyages en gourmandises”, “Tirez sur le caviste”) et de livres moins facilement étiquetables (“Cinq femmes chinoises”, "Et elles croyaient en Jean-Luc Godard”, “Signoret ou la
traversée des apparences”, “A coeur et à Kriss”). www.chantalpelletier.net/


“ LA TRAVERSÉE DES DAMOCLÈS


De fille devenue
femme
de femme
dame
de dame
ombre
et solitaire
faut pas se la raconter
les mecs c’est comme ça
soit ils vous plaquent
soit ils vous claquent.

Eveillée
la vieille
a des années
veillé
à traverser
les Damoclès
sans être
dépiautée
dézinguée
zigouillée.

Des Damoclès
elle a déjoué
les fractures
les ruptures
les attaques
les sales coups
les crabes
les loups
toute la ménagerie
du cirque de la tripe.

Invisible
transparente
et tellement polie
yeux polis
pour moins voir
les ravages du visage
nez poli
pour moins sentir
les effluves qui lui montent du bec
les effluves qui lui montent du cul
oreilles polies
pour moins entendre
les lazzis et sarcasmes
se moquant du fantôme
de la petite dame
à grolles confortables
à sapes confortables.
 

Des Damoclès
elle a franchi
une bonne partie du défilé
en presque bonne santé
et elle persiste
à avancer
de plus en plus tassée
pour mieux se faufiler
dans l’étroite vallée
dos courbé pour passer
sous la voûte étoilée.

Quand elle aura gagné
qu’elle aura traversé
la grande mégalopole
des tueurs interlopes
que sa témérité
les aura tous vaincus
les enfoirés qui guettent
aux gorges des Damoclès
au-dessus de sa tête penchée
tranchante
bien aiguisée
à chaque instant
prête à tomber
il restera l’épée. ”

lecture intégrale possible sur :

http://fr.calameo.com/books/003393676858233afb180

 ________________________________________________________________________________

GILLES PLAZY

Ciel renversé

23x11 cm  48 pages  12 Euros

Longtemps journaliste, auteur de nombreux ouvrages de genres divers, quelque peu préoccupé par la peinture et le photographie, c'est à la poésie qu'il doit d'avoir senti se tendre le fil rouge de son avancée. Né en 1942, il s'est installé eu bord de l'océan en Finistère sud. gilles.plazy.monsite-orange.fr

“ Ecrire en poésie, ce serait, hors bavardage et lancinante rhétorique, se prêter à l’éveil du sens. Quitte à avancer dans un labyrinthe où pour tout fil Ariane n’encourage que de sa danse. Encore faudrait-il accepter de s’y perdre. C’est que la poésie toujours s’éloigne devant qui voudrait la saisir. On a beau invoquer Rainer Maria Rilke et Paul Celan, elle ne sera jamais que ce désir d’une parole juste, mais inaccessible parce que sans cesse en mouvement. ” G.P.

 

EXTRAIT

“ RILKEANA

Terrifiant terrifiant tout ange est terrifiant pression divine visage subjugué la mort tendrement dès l’origine en savoir infini des jours parmi les fleurs les arbres les étoiles de l’été l’attente en prodigalité des fontaines toutes choses dans la joie la douleur sybilles et prophètes une chouette sur le Nil parmi les étoiles silencieusement la volupté sur un tapis indicible l’enfant inscrit dans la constellation

amants comblés vos mains commencent les vendanges amants dans l’étreinte de l’éternité amants aux paroles gonflées du vent de l’aube dans la chambre immémoriale

dans le jardin miroir des eaux Narcisse sous le geste tendre du saule visage inconnu comme reflet d’astre sourire d’ange souffle coupé frisson dans les paumes le désir la peur ou la joie l’offrande d’une rose dans le matin vénéneux feuillages innocents figure légère oiseaux ironiques géode meurtrie

enfant émerveillé fleur illusoire du destin funèbre est-ce métamorphose ? mais ferveur louange déjà pour l’enfant éperdu en souci de lumière dans le jardin d’Orphée image vacillante sur l’eau irisée brise brise dans le jardin Narcisse titube dans le désir

l’œil visionnaire creuse le miroir l’or aveugle n’a rien à dire au dieu caché dans le taillis le deuil a son emblème

sur la rive du fleuve en crue que sais-tu de la nuit des temps ? que sais-tu des racines dans la fatalité des anges familiers ? murmure des fruits dans l’arbre effondrement d’un cœur sous la main de Madame la Mort mère sauvage au lait amer d’une naissance en vrille chant sauvage des racines et danse laborieuse des ancêtres marionnettes sous la lampe indiscrète d’un théâtre de banlieue rideau rideau quand l’obscur résiste et gorge en fièvre dans le hurlement des loups l’espace est dissocié dans le creux de l’événement

terrifiant terrifiant… des morts que savons-nous ? le pantin en dérisoire subterfuge...

oiseau faucon comme ange déluré voici de brocart l’impassible reine sur le pont brisé fille d’astre en éclat du désir au jardin Ève en gloire au tympan des vierges rose rosace sphère amicale pour l’homme intimidé les yeux d’ambre du chat question d’inconnu dans le sable de la mémoire l’ombre caresse l’enfant anis étoilé dans le royaume botanique Alice étoilée dans les eaux de la mémoire feuillages irradiants pierres souriantes sur le chemin en cercle lignage du solitaire armoiries condescendantes somnolence des rouages du temps partage des souffles le pas léger source dans le jardin sourire dans l’effusion insaisissable ”

 

lecture intégrale possible sur :

 

www.calameo.com/accounts/3393676

 

 

Paul Gauguin, l'insurgé solaire

 

 

23x11 cm  48 pages  12 Euros

 

L’exil de Gauguin, choisissant d’être sauvage en Polynésie plutôt qu’un fils ordinaire de l’Europe, fut moins une fuite qu’un acte de combat généreux, autant pour la peinture qu’il voulait renouveler que pour un monde en perdition ; ce fut un sursaut de liberté dans la gloire solaire. Le peintre ici prend la parole pour dire ce que fut sa vie en peinture, sa vie d’homme révolté, d’artiste subversif. A l’entendre, ainsi s’adressant à nous aujourd’hui, il nous vient l’assurance que Gauguin est toujours vivant.

 
“ Je suis un sauvage,
le frère des maoris, des nègres, des indiens. Je suis un sauvage. Je suis un insurgé. Je suis un incendiaire. J’ai mis le feu à la peinture, le feu à l’Europe, le feu à l’Occident. J’ai renié votre civilisation pour vivre loin, sous les Tropiques, vêtu d’un paréo, faisant l’amour avec des vahinés dans la Maison du Jouir, peignant, surtout peignant ; à la peinture acharné, obstiné, pour la sauver de l’académisme, de la perspective, des joliesses de l’impressionnisme et des brumes du symbolisme ; vivant de la peinture, mourant de la peinture – et moi, Paul Gauguin, le sauvage, mort à Atuona, dans l’île des Marquises, Hivaoa, je vous crache au visage.

EXTRAIT

"Je suis un nègre"
a dit Rimbaud en quittant Charleville, en quittant sa mère, l’ineffable Mother, en quittant sa sœur, la niaise Isabelle, mais lui, c’est l’or qu’il voulait, poésie reniée, jetée aux orties ; il ne voulait plus que l’or. Plus de bateau ivre ! Il est parti, Rimbaud, il a bien fait de partir, loin de Verlaine et des enfileurs de vers, mais c’est l’enfer qui a eu le dernier mot. La poésie s’est vengée, l’a brûlé de l’intérieur. Oui, le feu, toujours le feu, le feu en nous ; n’est-ce pas, Vincent ? Vous ne pouvez pas comprendre, vous, les tièdes, les complaisants, les êtres mous des cités moisies.


Vincent est mort,
mort dans les blés, dans un vol de corbeau, mort au soleil, mort de soleil, mort de peinture, mort de solitude. Vincent brûlé d’une folie, de tournesols, mort de trop d’amour en lui, n’a pas fini de tourner autour du soleil. En Arles j’ai peint ses yeux de fou ; puis j’ai quitté tout ce jaune qui était l’or de Vincent, et son rêve d’atelier fraternel parce que, moi, l’atelier je le voulais dans un autre monde, une autre peinture, mais je le dis encore, je ne cesserai pas de le dire, l’esprit des morts veille. ”
 

 

lecture intégrale possible sur :

 

http://en.calameo.com/read/003393676b2e2f807c9d4

 

 

Et si le réel n'était que le masque du songe ?

 

 

20x21 cm 48 pages  15 Euros

 


“ Venu tard à la photographie, je fus vite pris pour elle d’une passion compulsive, déclenchant tous azimuts en argentique et m’enfermant avec délices dans la chambre noire du tirage. Puis ce fut le temps digital, en abondance encore et dans l’ouverture de nouveaux possibles, me confirmant dans cette incertitude que l’évidence ne nous livre que la peau des choses. ”

lecture intégrale possible sur :

fr.calameo.com/read/00339367619f56cb508a1


_______________________________________________________________________________________

                            Anne de Szczypiorski

              L'ATMOSPHÈRE EST SACCAGÉE

 
                                               
23x11  70 pages  12 Euros   

 

    On ne devrait pas mourir à vingt ans. On ne devrait pas se sentir assez mal en vie pour se tuer.  On ne devrait pas tant souffrir quand on a un don tel celui qu’avait Anne de Szczypiorski. Mais on ne meurt pas quand on laisse derrière soi des écrits qui disent si bien l’envie de vivre et la douleur de vivre. Une œuvre ici témoigne en lumière d’un être qui fut pris par l’ombre.

 

EXTRAIT

   ” Les mots ne parlent pas comme ils devraient parler. Il faut jongler, jouer avec, les faire pleurer ou rire, les colorier, les dessiner, leur donner la forme d’une bouche renflée, suave, un peu triste, celle d’une main sans chair qui rappellera l’araignée, celle d’une fille longiligne, moulée dans un blue-jean et un chemisier cacharel, celle d’une chevelure couleur de piano neuf, celle d’un regard de chat qu’on n’humilie jamais.
    Pourquoi écrire, quand on est gai, quand la joie gicle, pareille à un feu d’artifice, en fusée, en feu de Bengale, en gerbe, pas besoin de mots. Leur fadeur les tuerait. Et quand on est triste, c’est pire encore, car la tristesse, toute mélancolie, se cristallise sous la plume et s’approfondit, en prenant substance. Alors on devient assez masochiste pour se complaire en sa peine, sa douleur.
    Faut-il écrire quand on est sans passion, neutre, indifférent, glauque? En ces moments, je n’en ressens jamais l’envie. Le désir, aussi petit soit-il, n’est-il pas indispensable pour créer ? N’est-ce pas la soif qui porte le génie ?
   «Le jour des quarante-cinq couchers de soleil, tu étais donc tellement triste ? » Le Petit Prince ne répondit pas.
   Je vis dans d’autres dimensions, je vis dans l’incroyable, ce que l’on ne voit pas, ce que l’on n’entend pas, ce que l’on ne sent pas et je ne veux pas atterrir.
   Pour m’atteindre, il faut que le blues infuse  des déchirures de vielle, de guitare, de saxo. Il faut perdre toute notion du réel et de l’irréel. Il faut que les voyelles éclatent de couleurs diaphanes et nébuleuses, sans pour cela s’appeler Rimbaud. Il faut des vents échevelés qui feutrent les chevelures, des brumes flottantes et grises pendant aux arbres comme des robes de mortes. Il faut des myosotis, ancolies semblables aux yeux de Pascale. Il faut des toits pointus d’antiques maisons rongées, des eaux mendiantes où crèvent des bulles et où frissonnent des souvenirs.
    Il faut des soleils jaunes où s’effilochent les étoiles, les astres avec leurs calèches en or, en diamant, en aventurine, en chrysolite, comme des milliers d’yeux qui poinçonnent la nuit. Il faut l’aube, son balbutiement perlé où pleut la rosée en gouttes de lune. Il faut l’aurore orange avec la mauvissure du grand ciel infini et déchiré. Il faut que le chagrin soit bu par des lèvres, il faut que la  nuit palpite contre la vitre comme un papillon égaré.
    Il faut. Il faut. Il faut. Il faut les fils de la vierge dégouttant de joyaux. Il faut que toutes les guitares du monde s’appellent Candélaria. Il faut tant de choses, tant d’images. C’est impossible. Vous ne pouvez comprendre.
   Je ne veux pas changer, je ne veux pas vieillir…jamais. Je veux mourir avant de vieillir, avant de me métamorphoser en quelqu’un semblable à vous, avant de devenir quelque chose de réel, car je suis irréelle. Ce que je fus hier, ne sera plus demain.

 

LECTURE INTÉGRALE POSSIBLE SUR

en.calameo.com/books/003393676c46732525586

_______________________________________________________________